NON À L’ÉVALUATION EN MATERNELLE !

dimanche 18 décembre 2011
par  Sud éducation 66

Par Marc Anglaret

Le journal « Le Monde » daté du 13 octobre a publié une version encore non officielle de l’« Aide à l’évaluation des acquis en fin d’école maternelle ». « Un document de travail qui n’avait aucune vocation à être publié » ! C’est ainsi que Luc Chatel qualifie ce texte. Il a suscité, à juste titre, de très vives protestations du fait de formulations particulièrement choquantes caractérisant les résultats de ces évaluations : « scores à risque », « score à haut risque ». Le fait même que la nature de ce risque ne soit pas précisée est révélateur : s’agit-il de risque d’échec scolaire ou de risque de dérive vers la délinquance ? La politique gouvernementale (à l’image de la récente proposition de l’UMP d’abaisser la majorité pénale à 12 ans) et les rapports du type de celui du député UMP Bénisti de 2004 sur la prévention de la délinquance nous donnent la réponse… Quoi qu’il en soit, après de ridicules justifications (une traduction littérale et inappropriée de l’anglais), assurance a été donnée que les formules comportant les « risques » en question ne figureront pas dans le document final.

Il n’en reste pas moins que le principe même de l’évaluation en maternelle pose problème. Une partie des enseignants y voient une reconnaissance du fait que l’école maternelle est une vraie école et pas une garderie, ce qui est aujourd’hui une évidence. Faut-il pour autant, à un âge où l’école n’est pas encore obligatoire, faire entrer des enfants de cinq ans dans une logique qui est au bout du compte celle du classement et de la compétition, et dont de nombreuses études montrent le caractère anxiogène et contreproductif en termes d’apprentissage(1) ? Quoi qu’en dise Luc Chatel(2), il s’agit bien ici d’une évaluation, comme l’indiquent non seulement le titre du document (« Aide à l’évaluation des acquis en fin d’école maternelle ») mais plus encore l’impressionnant attirail qu’il comporte (exercices, barèmes, fiches élève, fiches classe, etc.). De nombreux parents ne s’y tromperont pas, qui seront fatalement stressés à l’approche de ces évaluations et communiqueront d’une manière ou d’une autre ce stress à leurs enfants.

Face aux multiples dénonciations de ce projet, le Ministre de l’Éducation nationale se justifie en invoquant la nécessité de repérer dès que possible les difficultés scolaires. Or les enseignants d’école maternelle n’ont heureusement pas attendu cette « aide à l’évaluation » pour porter leur attention sur leurs élèves en difficulté, sans pour autant leur faire subir des évaluations, aberrantes à cet âge.

D’autre part, cette justification révèle une nouvelle fois le terrible cynisme du gouvernement qui poursuit le démantèlement des dispositifs d’aide aux élèves en difficulté, notamment par la suppression de milliers de postes de RASED, le tout sur fond de démembrement de la médecine scolaire : il ne s’agit pas, on le voit, d’aider les élèves en difficulté, mais de préparer leur exclusion scolaire puis sociale.

(1) Lire à ce sujet, la présentation de l’ouvrage collectif L’évaluation, une menace ?

(2) Dans une interview sur le site du journal « Le Monde ». L’interview est encore disponible ici : http://ensortantdelecole.wordpress.com/2011/10/24/luc-chatel-un-reperage-precoce-est-necessaire/


Navigation